Qu’est-ce que l’amour a affaire avec le sexe ?

(article de la sexothérapeute Margie Nichols traduit de l’américain par mes soins)

 

Dans un article précédent, j’évoquais les recherches du sexothérapeute Jack Morin sur les relations de couple à long terme dont les partenaires continuent d’avoir des relations sexuelles régulières et satisfaisantes.

 

Comme Morin, j’ai rencontré dans ma carrière et dans ma vie personnelle j’ai rencontré des personnes qui avaient une vie sexuelle épanouissante mais de mauvais rapports amoureux et vice versa. Il m’est arrivé de voir qu’une grande passion pouvait donner lieu à l’ennui, mais parfois j’ai vu des couples dont les relations sexuelles ont grandi, évolué et sont restées satisfaisantes et même transcendantes.

Et je suis d’accord avec les conclusions de Jack Morin selon lesquelles les plus grands obstacles qui empêchent les couples de maintenir une vie sexuelle dynamique sont les mythes romantiques sur le sexe, l’amour et les relations amoureuses. Donc, dans cet article et plusieurs autres, je vais commencer à présenter les contes de fées les plus communs et destructeurs qui pullulent dans notre culture.

 

1 # Dans un premier temps, nous allons voir par exemple que l’idée selon laquelle le maintien d’une vie sexuelle bonne et régulière est crucial pour avoir une bonne relation.

Eh oui, même si je parle souvent ici de comment avoir une bonne vie sexuelle cette idée est un mythe. Il y a plein de mariages sans sexe. Et ils ne sont pas tous malheureux. Certains impliquent des arrangements pour que l’un ou les deux partenaires aient des rapports sexuels en dehors de la relation. Dans d’autres, où les deux partenaires ont peu de libido, le sexe diminue simplement de leur vie.

En effet, les relations à long terme peuvent servir de nombreuses fonctions et le sexe n’est pas forcément important pour tout le monde. Si vous êtes l’une de ces personnes – et vous que êtes sûr que votre partenaire ressent de la même façon – ne vous sentez pas honteux que le sexe ne figure pas en haut sur votre liste des choses à faire. Chacun ses priorités.

 

2 # Un deuxième mythe sur la sexualité est que les couples « normaux » devraient avoir des relations sexuelles au moins une fois par mois / une fois par semaine / une fois par jour, etc…

La plupart des enquêtes sexuelles montrent que les couples ont en moyenne entre deux et quatre fois par mois des relations sexuelles. Et Jack Morin lui-même considère qu’avoir des relations sexuelles une fois par semaine fait partie de sa définition du « bon » sexe pour ses sujets d’étude.

Une vie sexuelle satisfaisante n’est pas seulement une question de fréquence. Il s’agit surtout d’avoir du sexe agréable lorsque vous avez des relations sexuelles. Au contraire, le pire que vous puissiez faire c’est d’avoir des relations sexuelles pour d’autres raisons que pour le plaisir. Parfois, il vaut mieux moins faire de sexe pour une meilleure qualité des rapports.

Quoi qu’il en soit, comme dans tous les cas, le plus important est de communiquer avec votre partenaire de vos besoins et de vos limites en terme de fréquence sexuelle. Sans vous soucier de savoir à quelle fréquence les autres couples ont des relations sexuelles. Ce qui compte, c’est que vous et votre partenaire vous satisfaits de la quantité de sexe que vous avez.

 

3 # Enfin, le dernier mythe concerne l’idée selon laquelle un rapport sexuel sans pénétration n’est pas vraiment « du sexe » et qu’il faut que les deux partenaires aient jouit.

Le sexe n’est pas uniquement une question d’orgasme et il n’y a pas que la pénétration dans la vie ! Une rencontre sexuelle satisfaisante pourrait très bien impliquer uniquement la masturbation mutuelle. L’un des deux pourrait jouir et pas l’autre, ou aucun des deux. Le coït n’est pas «mieux» que les autres actes sexuels.

En fait, ce mythe crée des problèmes car il définit des attentes irréalistes, fait du sexe un acte plein d’anxiété et de responsabilité, notamment pour les femmes qui se sentent obligée d’être réceptive à cela. Certaines personnes ne jouissent pas régulièrement, d’autres ne s’intéressent pas forcément à l’orgasme. Mais si l’une des deux personnes ne jouit jamais alors qu’elle aimerait bien y parvenir, là il y a un problème.

Et même les personnes qui aiment la pénétration ne la veulent systématiquement dans toutes les rencontres sexuelles. Il y a des moments où vous voulez faire du sexe «facile» avec peu d’effort physique et d’autres occasions où vous vous sentez comme un athlète sexuel. Les seuls actes sexuels qui comptent sont que vous souhaitez et que vous choisissez.

 

Voir l’article en version originale sur le site de Margie Nichols :

http://ipgcounseling.com/hot-health…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *